Le verre, matière première de la lumière

La troisième dimension du verre

Dans son atelier aux allures parfois alchimiques et mystérieuses, Renaud Chapelle décline avec la même virtuosité les savoir-faire du vitrail pour créer des luminaires qui scandent la lumière incandescente. Contrairement aux aplats du vitrail, les trois dimensions des luminaires autorisent des compositions conçues dans leur volume.


L’infini de la lumière

Accents de décoration et lumière tamisée, délicatesse des motifs soulignés par les rubans de cuivre soudés à l’étain (méthode Tiffany)…  le verre travaillé dans son volume autorise toutes les réflexions.

Câblés à LED, ces luminaires d’art à joints de cuivre, naissent tous d’un dessin, du méticuleux choix des verres, de leur découpe,  du meulage, du sertissage,  du soudage, du nettoyage.

Harmonies ou chocs de couleurs, contrastes des matières, accidents contrôlés, rais diaphanes ou ténébreux. points et contrepoints : les luminaires explorent tout le potentiel expressif du matériau dans une composition originale à votre image.

Une réflexion sur “Le verre, matière première de la lumière

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s